Comment bien choisir vos « laits végétaux » ?

IMG_0693Réservées au départ à un cercle assez restreints « d’initiés » il y a encore quelques années les boissons végétales sont en vogue à présent. Ce sont de vrais atouts santé en raison de leur richesse en minéraux et en vitamines du groupe B.

Elles possèdent également l’avantage de ne contenir ni œstrogènes animaux, ni antibiotiques, ni facteurs de croissance. Ce qui est tristement la norme dans les laitages issus de grosses exploitations laitière par le biais des traitements imposés aux vaches.

Alors, comment bien les choisir pour réussir vos préparations culinaires ?  Quels sont leurs bienfaits nutritionnels ?

En effet, il est important de choisir la bonne boisson en fonction du résultat attendu ! Le résultat pouvant être décevant dans le cas contraire.

Bien sûr n’attendez pas de retrouver le goût à l’identique qu’avec un lait de vache ou de chèvre ! Et même si au début l’usage de ces « laits » végétaux, que l’on devrait plutôt nommer « jus » végétaux, peut vous déstabiliser, vous y gagnerez largement en qualité de digestion et en énergie !

Voici donc une sélection des laits végétaux les plus courants…

// Laits végétaux pour recettes sucrées

Le lait de riz : Séduisant par son faible coût, souvent très apprécié par les enfants (de part son goût très sucré), ainsi que par les personnes suivant un régime sans gluten, il n’est cependant pas très recommandable en raison de son I.G. très élevé.
Sa texture, très aqueuse n’est pas appropriée à des préparations crémeuses type panna cota par exemple où on lui préférera le lait d’amande ou de coco.
Il peut-être utilisé dans la préparation de smoothies en le mixant avec des fruits de saison. Il sera alors inutile de rajouter du sucre.
Attention de ne pas le faire bouillir au risque de le faire floculer !

Le lait d’avoine : Issu d’une céréale, comme le lait de riz, sa texture est cependant un peu plus onctueuse (l’avoine contenant de bons lipides). Son goût très doux, en raison des glucides naturellement présents dans l’avoine, plait bien aux enfants également. Il sera toujours très utile lors d’un sevrage au lait de vache. L’avoine est excellente pour les personnes présentant des problèmes de peau sèche ou manquant d’énergie. Il peut-être utilisé pour des préparations salées (quiches, gratins,etc) mais il faudra tenir compte de son goût légèrement sucré. En général on le réserve plutôt pour les préparations sucrées : tartes, flans, crèmes dessert, smoothies… Prix moyen.

Le lait d’amande : Le chouchou des naturopathes en général en raison de ces propriétés nutritionnelles exemplaires ! Des protéines végétales, du calcium (plus que dans les laits animaux sans l’impact acidifiant des laitages !), du magnésium, des lipides hypo-cholestérolémiants, sans gluten, quasi pas de glucides.
En revanche le prix est souvent plus élevé compte tenu de la matière première utilisée…

Dans le commerce, cette boisson d’amande est bien souvent de qualité médiocre (mais chère quand même !) en raison de la présence d’émulsifiants, d’arômes d’amande extrêmement forts (même en BIO…), de stabilisateurs ou de sirop de riz ou de blé ajoutés ou même encore de sucre (allons y franchement !).
Quelques marques proposent un lait d’amande assez qualitatif. Entre autres Ecomil Amande et Evernat Amande sans sucres ajoutés. Il faut étudier les étiquettes…

Sinon pour le goût, les propriétés nutritionnelles, votre porte monnaie et la planète (emballages) le mieux est encore de le faire vous même 🙂 (recette ICI). La durée de conservation est alors de 3 jours en moyenne au réfrigérateur.

Côté cuisine ce lait se prête particulièrement bien aux préparations sucrées : tartes, flans, panna cota, crème anglaise, clafoutis etc. Il accompagne à merveille des mueslis du matin en compensant un peu leur aspect acidifiant. Dans les smoothies c’est un régal. Pour les sportifs il rentre souvent dans des recettes de smoothies de récupération post effort.

// Les laits polyvalents

Le lait de soja : Incontournable des recettes végétariennes, riche en protéines végétales complètes, pauvre en glucides, peu onéreux.
Riche en isoflavones (phyto œstrogènes) il nous permet de réguler notre taux d’œstrogènes endogènes (ceux que l’on fabrique). Plus que d’accroître le risque de cancer du sein le soja et ses dérivés seraient plutôt protecteurs dans un contexte de prévention.
Souvent décrit comme indigeste (oui mais c’est une légumineuse ! Votre flore doit juste s’habituer) et au goût discutable pour certains il est donc loin de faire l’unanimité.
Retenez juste qu’après cuisson il perd de son goût particulier et qu’en cuisine pour les recettes salées ou sucrées il donne un rendu onctueux proche de celui du lait de vache.
Il sera très utile pour réaliser vos gratins, béchamels, tartes salées ou sucrées…

Le lait de coco : De goût assez doux (de coco naturellement), très onctueux, de coût moyen il se prêtera très bien aux recettes asiatiques ou indiennes (curry de légumes, soupes thaï, dal Bhat). Il tient très bien à la cuisson. Pour les desserts il permet également de réaliser de très bons clafoutis maison, des glaces végan, des flans et plus encore à condition d’aimer le « goût coco »…
À savoir que les acides gras du lait de coco présent également dans la graisse de coco sont naturellement antifongiques et assainissant du tube digestif en plus de soutenir le fonctionnement du système nerveux.

Le lait de cajou : Délicatement parfumé, de texture onctueuse, cette boisson possède bien des atouts !
Source de minéraux indispensables (Magnésium, Cuivre, Phosphore, Fer, Zinc, Manganèse, Sélénium) et de vitamines (B1, B2, B6, B9 entre autres). Source de protéines et de lipides hypocholestérolémiants c’est un très bon aliment pour toute la famille !
Il sera aussi intéressant pour le salé que le sucré !

// En conclusion

Il existe diverses variantes de ces laits de base amande/Riz, Coco/Cajou, Noisettes/Riz etc.
Tous possèdent des propriétés et des textures bien différentes.
Avant chaque utilisation il est indispensable de bien agiter les packs afin d’homogénéiser votre boisson. Les durées de conservation standard sont d’une semaine environ sans problème.
Je vous souhaite une bonne dégustation !

Isabelle.

Outils pour renforcer votre système immunitaire #2

woman wearing plastic bottle on head

 

Bonjour à tous !

Suite au premier article axé sur la prise en charge du stress et des atouts nutritionnels je vais à présent traiter ici des compléments alimentaires qui peuvent nous aider en cas d’épidémie.

Que cette épidémie soit liée au Covid-19 ou encore à d’autres virus tous aussi réjouissant comme la grippe…

 

// Les grands classiques en Naturopathie…

Il est important de cibler des plantes ou autres compléments qui ont une visée fortement antivirale ! Les complexes antibactériens n’ayant pas d’effet sur la problématique qui nous intéresse…
Ainsi on pourra utiliser en prévention :

Le Chlorure de Magnésium (en pharmacie) disponible en sachet de 20g pour une somme minime connu pour ses propriétés fortement antiseptiques et antivirales !
C’est un nettoyeur de votre tube digestif. Ainsi il élimine une grande partie des virus qui choisissent ce lieu comme porte d’entrée dans notre organisme.
A diluer dans 1L d’eau et boire tous les matins à jeun 15 cL de ce breuvage au goût assez dissuasif … Mais c’est pour la bonne cause !

Le très connu cuivre, or, argent remède ancestral de terrain contre l’asthénie et la déprime. Ou encore immunyon (cuivre, germanium, argent – laboratoires Catalyons) renforçant nos défenses immunitaire comme son nom l’indique… Posologies indiquées sur les flacons.

Le Zinc (toujours chez Catalyons si possible) qui est reconnu pour ses propriétés positives sur la défenses de nos muqueuses et qui freine la réplication virale !!!
40 % de la population manquerait de Zinc en raison des médicaments (pilules, diurétiques, glucocorticoïdes…) et de molécules chélatrices (qui captent) de notre alimentation (acide phytique des céréales, l’alcool, le café, le thé…). 2 bouchons par jour à distance des repas.

// Du côté des huiles essentielles

Les huiles essentielles de ravintsara, ou à défaut de saro ou de niaouli en application pure sur le thymus (petite glande un peu en dessous de l’espace situé entre vos clavicules) 4 gouttes pour les adultes 1xjour, 2 gouttes pour les enfants 1xjour.
La qualité de vos huiles essentielles est primordiale. Pour le ravintsara je recommande la marque BETSARA facilement disponible en boutique BIO ou la gamme de Maison Laget chez qui je me fournit en huiles essentielles pour mes soins (code pour bénéficier de 5% de remise : ZTRE05).
Contre indication pour l’usage des HE : les personnes en insuffisance hépatique.

Bien sûr en diffusion elles seront également intéressantes. Par période de 20 min seulement pour une pièce de 20 m² environ.

Il existe également des gélules à base d’huile essentielle d’origan qui peuvent être intéressantes. L’origan étant un antiviral, un antibactérien et même un antifongique très puissant. Bien suivre les posologies indiquées.
Contres indications pour l’usage de l’huile d’origan : les personnes souffrant d’hypertension artérielle et les enfants ou séniors, ou personnes en insuffisance hépatique.

// En phytothérapie & mycothérapie ?

Note importante : certaines plantes immunostimulantes ne sont pas adaptées aux personnes atteintes de pathologies auto-immunes (MAI) comme la rectocolite hémorragique, la maladie de Crohn, le psoriasis, le lupus, la thyroïdite d’Hashimoto etc. Si vous êtes atteint d’une MAI ne faites pas d’automédication mais consultez un naturopathe.

L’Echinacée (Echinacea purpurea)est très connue pour ces propriétés immunostimulantes contre la grippe, l’herpès ou autres virus.
Associée au cyprès (antiviral) vous obtenez une très bonne synergie (laboratoire PARINAT – Cyprès-Echinacéa).

Certains champignons bien connus des officines sont à recommander également pour leurs formidables effets anti-tumoraux et immunostimulants (ou pour certains immunomodulateurs). Ainsi vous pouvez trouver les gélules de Shiitake ou Maïtake ou encore de Reïshi.
Une marque référente est HIFAS DA TERRA. Ce sont des produits onéreux mais la qualité est au rendez-vous.
Le laboratoire SYNPHONAT propose également Synermycos, association des 3 champignons cités précédemment.

// La gemmothérapie : les extraits de bourgeons

Extrêmement concentrés en principes actifs des arbres ou arbustes ce sont de précieux alliés pour notre santé. À condition qu’ils soient d’excellente qualité et non hachés lors de leur macération… Les gammes que je recommande sont celles de La Royale, de Douceur Cerise (fabriqué en Chartreuse – Biocoop) ou encore d’Herbolistique.

Dans un contexte d’épidémie et si vous avez tendance à avoir une fragilité bronchique ou pulmonaire, on retiendra particulièrement 3 bourgeons :

Les bourgeons d’Aulne glutineux (Alnus glutinosa): antibiotique naturel extrêmement efficace dans les cas de problématiques ORL, bronchiques ou pulmonaire chroniques.

Le noisetier (Corylus avellana) contre les cas de sclérose pulmonaires notamment du sujet âgé. Il améliore la respiration.

L’églantier (Rosa canina) traditionnellement utilisé afin de stimuler les défenses immunitaires s’associera parfaitement avec les 2 premiers bourgeons cités.

A prendre en prévention : 10 gouttes de chaque matin et soir dans un peu d’eau à distance des repas.

// Et les infusions ???

Bien sûr ce sont également de tes bonnes compagnes de route !

Je recommande les infusions de Lapacho ou encore de Badiane ou de Thym ou encore d’Origan ou de Sarriette des montagnes facilement disponible en magasin bio ou sur internet ( Maison Laget – code réduction ZTRE05).

Bien sûr il existe encore bien d’autres remèdes mais ceux évoqués ci-dessus sont assez faciles à trouver et ont déjà montré leur efficacité et innocuité depuis des années si utilisés à bon escient…
À condition de choisir des produits de très bonne qualité ce qui exige un coût minimal à investir.

J’espère que cet article pourra vous aider à faire une prévention active en attendant le dé-confinement tant attendu !
Encore une fois n’hésitez pas à me faire part de vos retours !

Portez-vous bien !!

Isabelle.

Outils nutritionnels afin d’optimiser votre système immunitaire #1

 Le confinement mis en place afin d’éviter une forte propagation virale peut être vécu de bien des manières selon l’histoire, la situation familiale ou encore financière de chacun. Cette épidémie de Covid-19 nous amène à vivre une nouvelle expérience et suscite en nous pas mal de questionnements.

woman holding sign

Comment mon métabolisme va-t-il se comporter face au virus ?
Est-ce que je vis le confinement de façon positive ?
Comme une incitation au changement ? À inventer d’autres modes d’échanges en famille ? À porter un autre regard sur ma consommation en général ?
Ou est-ce que cela suscite chez moi beaucoup d’appréhension pour ma santé et celle de mes proches ou de mon entreprise ?

Si vous souhaitez optimiser votre réponse immunitaire, votre état de stress sera à prendre en compte car il est communément admis que le stress chronique diminue l’efficacité de notre système immunitaire.

Ceci peut se passer lorsque par exemple je vis les situations suivantes :
– conditions de travail dégradées : surcharge, conditions environnementales, ambiance de travail, précarité…
– accidents, deuils, accompagnement de proches en fin de vie, maladie…
– charge mentale élevée…
– Risque pour sa santé ou pour ses proches.

Heureusement se rajoutent à ces facteurs des éléments influençant positivement la réponse immunitaire :
– Un sommeil de bonne qualité, permettant à nos organes de se régénérer et de se détoxifier…
– La qualité de mon alimentation jusque là : de bons apports en certaines vitamines et minéraux ? En acides gras essentiels ? La consommation de plus de protéines végétales qu’animales.
– Une activité physique d’intensité et de durée ADAPTÉES à mes capacités.
– Un vie sociale riche et source de satisfactions !

Voici ci-dessous des petits plus afin de vous aider vous et vos proches dans cette situation particulière.
Je vous en souhaite bonne lecture et n’hésitez pas à me faire part de vos retours.


// Comment puis-je mieux gérer mes états de stress ou d’anxiété ??

Outre le fait d’appeler un ami ou de passer un bon moment en famille voici quelques petits outils qui ont fait leur preuves…

Certaines plantes sont d’une grande aide :
Le Griffonia (griffonia simplicifolia) qui augmente naturellement votre taux de sérotonine et vous amène apaisement, bon moral et un meilleur sommeil,
La Passiflore (passiflora incarnata) ou encore le Pavot de Californie (eschscholzia californica) pour un endormissement facilité et sommeil plus profond, récupérateur.

Des élixirs floraux du Dr Bach à utiliser seuls ou en mélange :
– « Mimulus » contre les peurs ou le fait de se faire trop de soucis,
– « Larch » pour lutter contre l’accablement ou le découragement devant la tâche à accomplir. Et là je pense particulièrement à nos soignants.
– « Gorse » pour les grands pessimistes en général.
– « Mustard » pour que la joie revienne !

La prise de magnésium sera très intéressante également. Choisir plutôt un magnésium de 3ème génération associant magnésium bisglycinate, taurine et complexe de vitamines B.

// Quelles sont les vitamines et minéraux nécessaire au bon fonctionnement immunitaire ?

– La vitamine D à supplémenter pour tous d’octobre à mars.
La dose étant à adapter au cas par cas : adultes 2000 UI/j en moyenne voir 8000 UI si pathologies auto-immunes, enfants : de 400 UI à 800 UI selon le terrain.

– Le zinc dont souvent manquent les végétariens et/ou végan menant mal leurs apports.
Les signes courant de carence sont la sensibilité aux problèmes de peau, aux allergies ou encore des tâches blanches sur les ongles. Le zinc est indispensable dans le maintien de muqueuses saines.
Sources intéressantes hors compléments alimentaires sont : les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots, soja…), les céréales complètes, le germe de blé les viandes, les œufs et les fruits de mer.

– Le fer car sa carence fragilise par rapport aux infections. Les signes de carence sont une fatigabilité à l’effort, un essoufflement, une chute de cheveux, des troubles de l’humeur et/ou de la libido, des cernes noires et ou un teint pâle. Ne pas supplémenter sans prise de sang confirmant une anémie. 41% des femmes en âge de procréer seraient carencées en fer.
Sources intéressantes à part les viandes : légumineuses, abricot secs, spiruline, soja, sésame, cajou, œufs.

– Les oméga 3 qui conditionnent la réponse de notre organisme : si notre statut est insuffisant les inflammations chroniques sont potentiellement au rendez-vous.  Dans le cas contraire l’inflammation jouera son rôle dans la réparation tissulaire puis ensuite se régulera d’elle même.
Sources : les huiles vierges (lin, cameline, chanvre, noix, colza), les petits poissons gras (maquereaux, anchois, sardines, harengs, anchois), certains végétaux (mâche BIO svp ! et pourpier) et graines (courge, chia, lin broyé).

Il est à noter que ce statut se constitue à la longue et dans le cas où vous n’aviez aucune des ces sources la supplémentation en gélules d’huile de poisson est un plus non négligeable.

A suivre un second volet … Portez-vous bien !